Comment bien choisir son avocat pour soi ou sa famille ?

Il s’agit là d’une question délicate car le droit est une matière complexe qui se divise en plusieurs sous-catégories avec pour chacune sa procédure et ses règles propres.

 

avocat-adapte-situation-bien-choisirTout d’abord, il faut déterminer si votre affaire relève du droit public (tout ce qui a trait aux organismes publics dont l’Etat et les Services administratifs) ou du droit privé (tout ce qui concerne les particuliers) car ce ne sont pas les mêmes juridictions qui seront compétentes selon les cas.

 

En effet, en matière de droit public (urbanisme, contrats de marchés publics, travaux publics, etc.) seuls le Tribunal Administratif (TA), la Cour d’Appel Administrative (CAA) ou encore du Conseil d’Etat (CE) seront compétents pour instruire votre affaire.

En matière de droit privé, cela relève de la compétence des tribunaux civils au sens large car tout dépend de la branche de droit visée (pénal, famille, successions, contrats, travail), distinction qui se retrouve notamment au sein de la Cour de Cassation (juridiction de dernier ressort, tout comme l’est le Conseil d’Etat).

 

Il faut donc choisir l’avocat qui correspond au mieux à vos besoins. Mais comment choisir le “bon” avocat?

 Il y a la compétence mais cela n’est souvent pas suffisant. Il est indispensable que vous ayez confiance dans votre avocat.

 

Consultez l’annuaire d’avocats ALTA JURIS INTERNATIONAL
pour trouver l’avocat qui vous convient !

 

Compétence de l’avocat

 

Aujourd’hui, grâce à Internet, la recherche d’un avocat dans sa ville ou sa région en est grandement facilitée car à l’ère du numérique, rares sont les cabinets ne disposant pas d’un site internet. Mais la principale difficulté réside dans le fait de déterminer la catégorie de droit dans laquelle se situe votre affaire pour définir au mieux le type d’avocat dont vous avez besoin (avocat de droit fiscal, du droit de la famille, du droit des sociétés, etc.).

 

Répondre à cette question peut s’avérer compliqué dans les faits car votre affaire peut comporter plusieurs aspects juridiques. Le plus simple est encore:

 

1) Quand vous devez répondre devant le tribunal d’un fait qui vous est reproché (défendeur): prenez votre assignation à comparaître/convocation (document émanant du tribunal et vous enjoignant de vous présenter tel jour à telle heure au tribunal) et référez-vous à ce qui est indiqué.

 

En principe, il est précisé le tribunal compétent en l’espèce, la chambre (pénale, civile, commerce, …) et le numéro de la chambre devant laquelle vous devez comparaître. De même, sur chaque assignation délivrée, il est indiqué la raison de cette convocation (ce qui peut vous être reproché ou à quel titre vous devez être présent) et surtout l’article de loi auquel on se réfère (ex: article 1382 du Code Civil qui édicte que toute personne causant un dommage à autrui doit le réparer intégralement);

 

Cela vous donne non seulement une indication sur la matière de droit mais également sur le type d’avocat qu’il faut rechercher.

 

2) Quand vous souhaitez intenter une action en justice (demandeur): c’est vous qui déclenchez la procédure juridique. Par conséquent, la meilleure solution est d’appeler des cabinets d’avocats autour de chez vous, de leur exposer votre affaire succinctement par téléphone afin que l’on vous donne quelques précisions sur votre cas.

 

Chaque cabinet a son domaine de prédilection même si le plus souvent, un avocat traite tout type d’affaire. Il faut donc arriver à cerner quels cabinets semblent le plus à même de vous aider.

 

Lors de vos recherches, n’hésitez pas à aller sur les sites internet des cabinets pour vous renseigner sur leurs domaines de compétences car un avocat sera plus expérimenté et maîtrisera mieux la matière qu’un autre lorsqu’il traite régulièrement ce genre d’affaire.

 

De même, il est important de demander plusieurs devis car certains praticiens du droit n’hésitent pas à réclamer des sommes parfois exorbitantes sans pour autant être spécialisé (attention, quand on parle d’avocat spécialisé dans un domaine, il faut entendre diplôme de spécialisation!).

 

Il n’est donc pas du tout insensé d’appeler l’ensemble des cabinets préalablement sélectionnés pour obtenir une idée des tarifs pratiqués par la profession dans ce type d’affaire.

 

Attention! Si votre affaire a déjà été jugée en première instance (première juridiction qui juge l’affaire) et seconde (Cour d’Appel), il est nécessaire de saisir un avocat qui soit compétent devant la Cour de Cassation et le Conseil d’Etat.

 

En effet, tous les avocats ne sont pas compétents devant tous les tribunaux. En règle générale, l’avocat au sens courant du terme est compétent devant les juridictions de première instance (Tribunal d’Instance, Tribunal de Grande Instance, Conseil des Prud’hommes, Tribunal de commerce, etc.) et devant les Cours d’appel.

 

Consultez l’annuaire d’avocats ALTA JURIS INTERNATIONAL
pour trouver l’avocat qui vous convient !

 

Avoir confiance dans son avocat

 

La notion de confiance peut sembler un peu “intimiste” pour une relation d’affaire basée sur un contrat établi entre vous et votre avocat (convention d’honoraires).

 

Mais en réalité, cette confiance est primordiale et indispensable car votre avocat ne va pas seulement vous défendre ou intenter une action en justice en votre nom mais il va également vous conseiller (risques/gains, avantages/inconvénients de votre procédure, stratégie établie dans votre dossier), vous assister (plaidoirie lors de l’audience) voire vous représenter le jour du jugement. Votre avocat va donc littéralement parler en votre nom et vous défendre comme s’il s’agissait de lui. Il ne s’agit donc pas d’une chose à prendre à la légère.

 

Par ailleurs, méfiance en ce qui concerne les annonces sur Internet vous assurant le succès dans votre affaire ou des cabinets vous garantissant un résultat positif. Il est strictement impossible de prévoir cela. Non seulement, il y a plusieurs parties en jeu avec chacune un certains nombres d’arguments juridiques mais surtout car c’est le juge qui tranchera au final. C’est ce qu’on appelle l’aléa juridique, il est donc impossible de garantir un résultat.

 

Enfin, n’hésitez pas à poser des questions à votre avocat car il a, en premier lieu, un rôle de conseil et il doit vous exposer au mieux la situation à laquelle vous êtes confronté juridiquement. Il est essentiel de comprendre les choix de votre avocat et de connaître les conséquences pour vous quel que soit le jugement rendu.

 

Consultez l’annuaire d’avocats ALTA JURIS INTERNATIONAL
pour trouver l’avocat qui vous convient !